Pensée...

"Il est bien vrai que nous devons penser au bonheur d'autrui ;
mais on ne dit pas assez que ce que nous pouvons faire de mieux
pour ceux qui nous aiment, c'est encore d'être heureux."
Alain

"Nous ne pouvons pas régler les problèmes
que nous rencontrons aujourd'hui
avec le niveau de réflexion que nous avions lorsque nous les avons créés."
Albert Einstein

15 sept. 2011

Etes vous une grenouille?



LE SYNDROME DE LA GRENOUILLE
Conte philosophique attribué à Olivier CLERC : www.olivierclerc.com

Imaginez une marmite remplie d'eau froide dans laquelle nage tranquillement une grenouille. Le feu est allumé sous la marmite, l'eau chauffe doucement. Elle est bientôt tiède. La grenouille trouve cela plutôt agréable et continue à nager.

La température continue à grimper. L'eau est maintenant chaude. C'est un peu plus que n'apprécie la grenouille, ça la fatigue un peu, mais elle ne s'affole pas pour autant.

L'eau est cette fois vraiment chaude. La grenouille commence à trouver cela désagréable, mais elle s'est affaiblie, alors elle supporte et ne fait rien.


La température continue à monter jusqu’au moment où la grenouille va tout simplement finir par cuire et mourir, sans jamais avoir fait quelque chose pour s'extraire de la marmite.



Si la même grenouille avait été plongée directement dans l'eau à 50°, elle aurait immédiatement donné le coup de patte adéquat qui l'aurait éjectée aussitôt de la marmite... Cette expérience montre que lorsqu'une dégradation des conditions s'effectue d'une manière suffisamment lente, elle échappe à la conscience et ne suscite, la plupart du temps, aucune réaction, aucune opposition, aucune révolte.

Qu'est ce que cette grenouille peut avoir de commun avec nous? Quand est-ce que nous perdons notre pouvoir personnel? A quel moment cessons nous d'appliquer notre leadership?


17 juin 2011

Conversations difficiles


Voila un graphique qui aide à y voir plus clair au milieu des types de conversations et des possibilités qu'elles nous offrent.
Les conversations difficiles sont les seules qui ouvrent de nouvelles possibilités et nécessitent de soutenir un certain niveau de tension.

A ------------- B
Si on part d'une situation A dans laquelle on a un problème qu'on veut régler et pour lequel on a besoin de l'aide ou de la participation d'autres personnes, nous avons besoin d'engager une conversation difficile.
Si on part de B, une situation idéale, vers laquelle on voudrait évoluer pour commencer un changement, on va engager un dialogue réflexif qui ouvre des possibilités mais qui ne permet pas le mouvement, faute de tension, on est dans la tranquillité.

PROVOQUER V/S PROPOSER.

Cours de liderazgo estratégico, Université Adolfo Ibañez, juin 2011.

19 mai 2011

Le jour où je me suis aimé pour de vrai

Aujourd'hui j'ai reçu un très joli texte de Charlie Chaplin, merci maman. 
Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai compris qu’en toutes circonstances, j’étais à la bonne place, au bon moment. Et alors, j’ai pu me relaxer. Aujourd’hui je sais que cela s’appelle… l’Estime de soi.
Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j'ai pu percevoir que mon anxiété et ma souffrance émotionnelle n'étaient rien d'autre qu'un signal lorsque je vais à l'encontre de mes convictions. Aujourd'hui je sais que cela s'appelle... l'Authenticité.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai cessé de vouloir une vie différente et j’ai commencé à voir que tout ce qui m’arrive contribue à ma croissance personnelle. Aujourd’hui, je sais que cela s’appelle… la Maturité.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai commencé à percevoir l’abus dans le fait de forcer une situation ou une personne, dans le seul but d’obtenir ce que je veux, sachant très bien que ni la personne ni moi-même ne sommes prêts et que ce n’est pas le moment. Aujourd’hui, je sais que cela s’appelle… le Respect. 

Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai commencé à me libérer de tout ce qui n’était pas salutaire, personne, situation, tout ce qui baissait mon énergie. Au début, ma raison appelait cela de l’égoïsme. Aujourd’hui, je sais que cela s’appelle… l’Amour propre.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai cessé d’avoir peur du temps libre et j’ai arrêté de faire de grands plans, j’ai abandonné les méga-projets du futur. Aujourd’hui, je fais ce qui est correct, ce que j’aime quand cela me plait et à mon rythme. Aujourd’hui, je sais que cela s’appelle… la Simplicité

Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai cessé de chercher à avoir toujours raison, et je me suis rendu compte de toutes les fois où je me suis trompé. Aujourd’hui, j’ai découvert … l’Humilité.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai cessé de revivre le passé et de me préoccuper de l’avenir. Aujourd’hui, je vis au présent, là où toute la vie se passe. Aujourd’hui, je vis une seule journée à la fois. Et cela s’appelle… la Plénitude

Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai compris que ma tête pouvait me tromper et me décevoir. Mais si je la mets au service de mon cœur, elle devient une alliée très précieuse ! Tout ceci, c’est… le Savoir vivre

Nous ne devons pas avoir peur de nous confronter.
Du chaos naissent les étoiles"

2 mars 2011

Rappelle toi qui tu es.

Quand une femme dans une certaine tribu africaine sait qu'elle est enceinte, elle sort dans le désert avec quelques amies et ensemble elles prient et méditent jusqu'à ce qu'elles entendent la chanson de l'enfant.
Elles reconnaissent que chaque âme a sa propre vibration qui exprime sa saveur unique et son propre but. Quand les femmes s'accordent avec la chanson, elles la chantent à haute voix. Alors elles retournent à la tribu et l'apprennent à chacun.
Quand l'enfant est né, la communauté se réunit et lui chante la chanson de l'enfant. Plus tard, quand l'enfant entre à l'école, le village chante la chanson de l'enfant. Quand l'enfant passe par (l'initiation à) l'âge adulte, les gens viennent de nouveau ensemble et chantent. Au moment du mariage, la personne entend sa chanson. Finalement, quand l'âme est sur le point de faire le passage de ce monde, la famille et les amis se réunissent au lit de la personne, de même qu'ils ont fait à leur naissance et ils chantent à la personne pour la vie suivante.
La tribu a une autre occasion sur laquelle les villageois chantent à l'enfant. Si, à tout moment pendant sa vie, la personne commet un crime ou un acte social anormal, l'individu est appelé au centre du village et les gens dans la communauté forment un cercle autour de lui. Alors ils lui chantent sa chanson. La tribu reconnaît que la correction pour le comportement antisocial n'est pas la punition ; c'est l'amour et le souvenir d'identité.
Quand vous reconnaissez votre propre chanson, vous n'avez aucun désir qui pourrait faire du tort à un autre. Un ami est quelqu'un qui sait (connaît) votre chanson et vous la chante quand vous l'avez oubliée.
Les erreurs ne dupent pas ceux qui vous aiment. Ils se rappellent votre beauté quand vous vous sentez laids; votre intégrité quand vous êtes cassés; votre innocence quand vous vous sentez coupables et votre but quand vous êtes confondus, embarrassés.
Vous pouvez ne pas avoir grandi dans une tribu africaine qui vous chante votre chanson à des transitions de (croissance), mais la vie vous rappelle toujours quand vous êtes en accord avec vous et quand vous ne l'êtes pas.
Quand vous vous sentez bien, vous êtes en harmonie avec votre chanson et quand vous vous sentez terribles, vous ne l'êtes pas.
À la fin, nous reconnaîtrons tous notre chanson et la chanterons bien. Vous pouvez vous sentir un peu désemparés à l'heure actuelle, mais tous les grands chanteurs le sont à l'occasion.
Continuez juste à chanter et vous trouverez votre voie en retournant à la maison.

8 févr. 2011

Conscience

En conscience...
Voila comment on s'engage sur la voie d'une vie pleine et heureuse.
Prendre conscience c'est être capable de se regarder soi-même de se décoller de son propre agir.
Comment admirer la beauté et la profondeur d'une toile de maître en ayant le nez collé dessus ?
Je me recule, je prends du recul, de la hauteur, de la distance et la toile apparaît, entière, complexe.
Je prends conscience... ma vie est cette oeuvre que je construis chaque jour... à quel moment je prends cette distance pour avoir conscience de ce que je fais, des choses que je veux réaliser, celles que je veux apprendre, de qui je suis, de mes talents, de mes possibilités...
Combien de ce que je fais parle de qui je suis vraiment ?
Pratiquer la conscience au quotidien c'est apprendre à vivre pleinement.
Comment? en apprenant à s'observer c'est amusant et plein de découvertes :
- au niveau du langage (comment je dis ce que j'ai vraiment envie de dire? "Je t'aime", par exemple, ou "pardon" ou "j'ai besoin d'aide")
- au niveau des émotions (quand je pleure, je suis triste ou je suis en colère?, quand est-ce que je rie, avec qui)
- au niveau du corps (quelle est ma disposition lorsque je demande quelque chose à quelqu'un? quel est mon niveau de tension musculaire?, dans quelle disposition se trouve mon corps lorsque je fais un câlin à mes enfants? je les prends dans mes bras?, je me mets à leur hauteur?, je leur tapotte le dos? je les embrasse? je suis détendu? tendu?...)
Mon invitation : s'observer sans se juger, regarder apprendre à voir ce qui est invisible (parce que l'on a le nez collé dessus ;))

Responsabilité... un autre jour !!!

Et si on prenait un peu notre temps...?

La Terre à l'échelle de la journée
La Terre s'est stabilisée il y a environ 4,5 Milliards d'années.


- 0 heure       : des roches en fusion, le début des océans
- 4 heures     : l'apparition de la vie (bactéries dans un océan en furie, photosynthèse)
- 19 heures   : 1er êtres multi-cellulaires (un parasite - dissiemina)
- 21 heures   : ère primaire - la vie marine explose
- 22 heures   : sortie de l'eau (un genre de varan - ichtiostéga), développement squelette, foie, poumons ...
- 22 h 45       : les dinosaures
- 23 h 40       : les primates arboricoles
- 23 h 48       : les primates supérieurs et l'effondrement du rift africain
- 23 h 59       : les australopithèques
+ 20 secondes : Homo habilis
+ 50 secondes : Homo erectus
+ 59 secondes : Homo sapiens
+ 59 sec 599  : les civilisations d'Egypte

(1 minute correspond à 3 MA et une seconde à 50 000 ans).

4 févr. 2011

Marche-conversation

Il y a 15 jours je suis allée marcher seule avec de la musique dans le parc Araucano. Je voulais reprendre doucement un peu de sport pour être en forme et passer un moment agréable.
Le premier tour c'était un peu comme réveiller tous les muscles de mon corps... légères douleurs, tensions.
Le deuxième tour j'ai commencé à apprécier la marche, j'avais envie de danser sur la musique je me sentais légère. Et puis progressivement j'ai eu une idée, puis une autre, envie d'écrire, de prendre des cours de danse, de chanter, de jouer avec les enfants, j'ai inventé des exercices de coaching, j'ai imaginé du coaching de groupe... ma créativité s'est réveillée.

J'étais dans un autre rythme, et dans ce rythme là de nouvelle possibilités se sont offertes à moi.
Nous oublions d'inclure le corps dans nos réflexions, dans nos apprentissages. Lorsque vous faites une réunion de travail, toujours dans la même salle, assis dans les mêmes fauteuils à la même heure et que vous demandez à vos collègues de penser "out of the box"... c'est trop dur... Surprenez les, sortez faire un tour dans le parc ou la forêt du coin changez de décor et de rythme... vous aurez des conversations complètement différentes et de ces conversations vont surgir de nouvelles idées...
Pourquoi croyez vous que les businessmen signent leurs meilleurs contrat sur un parcours de golf?