Pensée...

"Il est bien vrai que nous devons penser au bonheur d'autrui ;
mais on ne dit pas assez que ce que nous pouvons faire de mieux
pour ceux qui nous aiment, c'est encore d'être heureux."
Alain

"Nous ne pouvons pas régler les problèmes
que nous rencontrons aujourd'hui
avec le niveau de réflexion que nous avions lorsque nous les avons créés."
Albert Einstein

10 déc. 2010

Blocage des émotions

Je sors d'un entretien pour réaliser un programme de coaching dans une entreprise.
J'ai vu quelque chose de récurrent lorsque je parle avec des hommes c'est une certaine réticence à aborder le thème des émotions, comme un tabou, un territoire obscur.

Nous avons oublié qu'avant d'être des êtres qui pensons nous sommes des être émotionnels, notre cerveau limbique, le siège des émotions est bien plus ancien que le néo-cortex, celui qui fait de nous des êtres rationnels. Pourquoi devrions-nous soumettre l'un à l'autre, ou supplanter l'un par l'autre, nous  sommes des êtes rationnels ET émotionnels. Les émotions font partie de ce que nous sommes, et tant que nous continuerons à essayer de les contrôler, nous serons soumis à une tension physique, du stress. Il ne s'agit pas de laisser les vannes ouvertes et de déverser un flot d'émotions continuel sur notre entourage... ne pourrait-on pas regarder... ressentir..., comme une invitation à une conversation interne, privée, avec moi-même.
"Je suis en train de converser avec mon mari et je me sens tendue, que se passe-t-il ? qu'est-ce que je ressens? de la colère, de la tristesse, de la joie, de la gratitude, du désir... quelle émotion suis-je en train de ressentir à laquelle je n'offre pas d'espace pour exister." Juste être.
Les émotions ne sont pas bonnes ou mauvaises, elles ont chacune une utilité, la tristesse nous permet de nous rendre compte de ce que nous avons perdu et qui avait de la valeur pour nous, elle nous invite à la solitude. La joie nous porte dans l’enthousiasme et nous invite à partager, à créer, elle nous invite à entrer en relation avec les autres.